Le Stress - Cabinet Hypnose Provence
15992
post-template-default,single,single-post,postid-15992,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
 

Le Stress

Le Stress

« Je stresse ! » ce mot glissé au coin du couloir feutré d’un bureau, murmuré à la cafet entre deux expressos avec Rémi de l’IT, dehors autour d’une cigarette frénétique partagée avec Martine de la compta…juste avant un entretien avec Bernard, son N+1ou 2 ou 3 , « Je stresse » à l’entrée d’une salle de réunion surchauffée…voir même d’un open-space qui bourdonne comme une ruche excitée..« Je stresse !! » pensé et marmonné dans la voiture, en boucle depuis dimanche soir…et même si le mot ne s’invite pas dans les pensées conscientes, il s’insinue dans le battement du cœur, les gargouillis d’un ventre tordu, dans cette main moite qui accompagne la transpiration froide et les joues chaudes…..bref, le stress mange, dévore et déborde à la maison lors des diners tendus avec les enfants turbulents et le (a) conjoint(e) qui comprend rien et fais pas d’effort…

Mais à quoi sert-il ce stress ? Pourquoi existe-t-il dans mon corps ?

A l’origine, c’est une réponse automatique nécessaire à un évènement extérieur, c’est une réaction d’adaptation de notre corps.

C’est un phénomène normal, naturel et utile dans la vie des êtres vivants.

En effet, le stress tient en alerte la gazelle lorsqu’elle va s’abreuver au fleuve, son cœur bat vite et envoi le sang nécessaire pour irriguer son cerveau et ses muscles, pour focaliser son attention et ses sens vers l’extérieur : ses pupilles se dilatent la transpiration lui permet de réguler son thermostat intérieur,
Son cerveau ( l’hypophyse) va produire du cortisol  cette hormone de la glande cortico-surrénale stimule l’augmentation du glucose sanguin ; elle permet donc de libérer de l’énergie à partir des réserves de l’organisme, .Son taux de glucose et de cholestérol augmente pour fournir de l’énergie, la digestion est donc plus lente …Tout l’organisme de la gazelle est prêt à réagir très rapidement à l’approche d’un fauve, le stress va la sauver ! C’est la célèbre « fight or flight response ».

Oui mais nous ? il est fort peu probable que nous devons détaler comme une biche dans un couloir de bureau ou bondir tel un tigre dans notre cuisine …alors pourquoi ce stress ?

Il nous sert également beaucoup,  de la même manière il nous tend vers l’action, il polarise toute notre énergie vers un but avec les mêmes réactions chimiques et corporelles que pour cette Gazelle racée ; nous devenons efficace, notre pensée est acérée et tout notre organisme est impliqué. Vous vous sentez galvanisé et porté par cette énergie qui vient « d’on ne sait où »…ça vous rappelle une situation vécue ? Certainement !

C’est ce que nous appelons le stress positif, celui qui pousse aussi votre petit dernier à réussir ses examens scolaires ou universitaires avec brio.

Alors pourquoi la machine s’emballe comme ça ?

Sans relayer le poncif du genre «  la vie contemporaine est une vraie jungle » nous n’en sommes pas si éloigné : Surcharge de taches, réactivité, efficacité, adaptabilité et exigence rythment nos nouvelles parties de chasse. Les meutes sont tout aussi cruelles si nous ne tenons pas la distance et la cadence. La préservation de nos chers petits reste également un axe central de nos vies ce qui génère des tensions et la sur-vigilance devient mère de tous les stress.

Ce qui devait nous maintenir compétitif, alerte et réactif souvent dérape vers la chronicisation ou  à ce stade aigue ou le corps et le cerveau ne repèrent plus le danger, ou tout devient danger.  Cette alarme perpétuelle et sans objet tourne en boucle jusqu’à littéralement une consumation interne et externe, et son corolaire d’effets néfastes : fatigue chronique, fragilité du système immunitaire, problèmes digestifs de tout ordre, boulimie, insomnie, eczéma….dépression, Burn-out..

Selon les chiffres de l’observatoire du stress au travail publié par le cabinet Stimulus.

Cet « état d’hyperstress » touche davantage les femmes (28 %) que les hommes (20 %). La différence reste moins notable entre les cadres (24 %) et les non-cadres (23 %). À l’inverse, des variations importantes apparaissent selon le secteur d’activité.

Quels sont les causes de ce mode en sur-régime ? « Les exigences liées au travail arrivent en tête », explique le cabinet Stimulus, en premier lieu « devoir traiter des informations complexes et nombreuses » (72 %) et « manquer de temps » (62 %). Le stress lié au changement y participe aussi : 88 % des salariés estiment que « leur métier nécessite de s’adapter sans cesse », et 76 % pensent qu’il leur est « impossible de prévoir leur travail dans deux ans ». Parmi les autres causes de stress figurent également le manque d’autonomie et les difficultés  relationnelles.

L’étude de Stimulus révèle aussi un niveau élevé d’anxiété au travail, qui touche 52 % des salariés français. Des manifestations dépressives ont également été relevées, avec 29 % qui présentent même un niveau dépressif élevé et 6 % probablement en dépression.

Donc, cette situation omniprésente de stress serait due à un déséquilibre, une dichotomie,  entre ce que la personne perçoit de ce qui lui est demandé, et la sensation d’être désarmée, sans posséder les ressources nécessaires pour répondre et réagir justement.

On pourrait donc imaginer que la Gazelle, persuadée que plusieurs fauves la guettent à tout moment et tout le temps, est tiraillée entre son besoin d’aller s’abreuver et son instinct de fuite…elle est proche de l’épuisement, surtout si à cela s’ajoute une flopée de petits voraces qui attendent impatiemment  qu’elle les nourrissent…je vous invite à imaginer son regard…il vous arrivera de le croiser chez Martine de la compta lors de sa faible pause-café… ou même ce matin dans votre retro viseur ?

Que doit faire cette frêle gazelle d’après vous ?

Gérer et lutter contre le stress, c’est prendre conscience du décalage entre nos représentations, nos ressentis et la réalité.

Stopper la machine :  trouver un moment de repos pour mettre en pause son organisme : respirer, faire redescendre la pression en dirigeant ses sens en éveil sur son organisme pour ressentir la détente, se reconnecter à ses ressources afin de modifier ses perceptions « d’inefficacités »  re mobiliser ses capacités…elle sait courir vite, sauter haut, elle a en elle ses ressources pour faire face au danger ; Elle a ses compétences innées ( ses sens) et acquises ( les apprentissages)  de ressentir les risques et là où il y en a pas…

Que pouvons-nous faire pour nous  ?

De la même manière, faire un stop !  Se reconnecter à notre corps, l’écouter,  reprendre le contrôle de nos émotions,  remobiliser nos ressources pour gérer d’une autre manière nos ressentis et nos réponses à ce quotidien trépidant et apprendre à le re-trouver passionnant !

Les solutions pour vous y aider sont nombreuses et variées :

Méditation pleine conscience
Cohérence cardiaque
Sophrologie……..et bien d’autres encore

Vous pourrez trouver sur mon site les bienfaits d’un accompagnement par l’hypnose et la PNL.

Il vous reste plus qu’à choisir …

Corinne Sarda
Hypnothérapeute
www.cabinet-hypnose-provence.fr

Étiquettes :
, , ,
Pas de commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.