L’hypnose et moi - Cabinet Hypnose Provence
16004
post-template-default,single,single-post,postid-16004,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
 

L’hypnose et moi

L’hypnose et moi

Souvent je rencontre dans le regard des gens une interrogation lorsque je dis que je suis hypno-thérapeute, qui je peux bien recevoir ? Qu’est-ce  qu’une personne peut vivre en poussant la porte de mon cabinet ou celui d’un confrère ?

Comment après quelques séances peut-on mincir, arrêter de fumer, mieux dormir ? …ces effets décrit comme « miraculeux » de ces séances mystérieuses intriguent, comme si la magie était là.. au bout de nos mots, ….Souhaitez-vous que je vous raconte comment vos mains s’élèvent comme des oiseaux reprenant une liberté, de la hauteur ? …De quelle manière vous plongez parfois les yeux ouverts vers l’autre côté du miroir ?

Mais ceci n’est pas mon histoire mais la vôtre, c’est vos mots, vos mains, vos yeux, vos rêves, votre réalité que vous créez dans mon cabinet..je vous guide seulement, avec tout ce que vous m’apportez.

Que pourrai-je raconter sur ce qui ce passe dans mon cabinet ? Sur les rencontres surprenantes, merveilleuses, déroutantes et parfois émouvantes que je fais entre les murs silencieux de ce bureau ?

Je vais juste vous dire quelques mots, vous dire comment par une après-midi de mon temps super occupé de working girl sous pression je me suis retrouvée dans un cabinet d’hypno-thérapeute à faire une bien drôle de rencontre : la mienne.

Oubliant pendant 20 ans tout ce qui faisait de moi une personne «  avec des failles, des fractures » j’additionnais les heures et les expériences de stress avec une certaine satisfaction à museler l’émotion.

La productivité, l’efficacité étaient mes maitres mots. Je respirai au rythme d’arrivées de mes mails et je me nourrissais du flot d’info des comités de direction. Une certaine partie de moi était satisfaite de ces dorures, une autre me racontait que le prix à payer était ces nuits sans sommeil et surtout, surtout, cette peur du vide, des espaces trop vaste….de ce qui avait trop de limite et pas assez d’horizon. Cette déchirure sur le néant qui vous réveille et que vous noyez au petit matin sous le tableau Excel à l’odeur de café/clope

Ces peurs ont grandies dans l’ombre de mes yeux fermés. Jusqu’au jour où la cuirasse s’est fissurée sous ce flot d’émotions. Le jour où tout est devenu turbulence…  tous les mots qui se posaient devenaient douloureux et mes colères me surpassaient. Je suis devenue une personne amnésique de mon passé, aveugle sur mon futur, ne pouvant me satisfaire du présent.

Un ami bien intentionné m’a glissé le numéro d’un praticien en hypnose, j’ai ri  de son ignorance de mon côté cartésien, et puis sous prétexte d’être curieuse, j’ai appelé.

Prendre le risque de sauter est moins héroïque quand le choix n’est plus, j’ai pris RDV.

J’ai avancé masqué derrière des histoires, sans trop en dire… à mon rythme, prudemment… comme on quitte la rive en continuant à garder la cote du coin de l’œil.

Puis la première rencontre, celle de mon entrée en hypnose de manière consciente et voulue…désirée et souhaitée, avec toute la crainte de cette découverte qui rendait cette transgression à mon schéma bien déroutante…  enfin je me suis donné la permission, la permission d’être.

En douceur j’écoutais cet hypno-thérapeute me plonger pas à pas dans mes premiers balbutiements…quel apprentissage surprenant de pouvoir enfin apprendre de soi et de se faire confiance !

Avais-je envie de faire évoluer mon masque ou bien cet autre chose qui est tapi derrière ?

Drôle de croisière sur l’inconscient, à recoller  les jolis souvenirs et à ouvrir la porte d’autres jardins.

Il m’a guidé à travers des paysages, m’a fait jouer avec des couleurs, respirer des parfums d’enfance…

Chaque expérience est intime lorsqu’on y plonge avec ferveur et intention, j’ai vu, lors de mes accompagnements en tant que praticienne,  des étonnements, des sourires, des larmes uniques qui coulent le long d’une joue et parfois juste un silence…..ce que je peux vous dire de la mienne est qu’il a fallu que je m’arrête sur le bord de la route sur mon chemin de retour, juste pour savourer le bruit de ma respiration.

C’était il y a quelques années, depuis je vous accompagne à travers vos histoires, elles commencent pratiquement toutes par quelque chose comme  « il était une foi moi…. ».

C’est peut être mon histoire ou peut être la votre.

«  il était une fois….vous ?.».

Corinne Sarda

Hypno-thérapeute

Étiquettes :
, ,
Pas de commentaire

Sorry, the comment form is closed at this time.